Capitaine Kirk avec communicator à la main

L’eXperience Utilisateur mobile au cœur des nouvelles stratégies

Ergonomie et Facteurs Humains, Innovation et Usages numériques, Mes billets Commentaires (0)

Ce billet reprend largement mon commentaire sur le billet de Pierre-Olivier Carles "Manipuler son ADN vers le Mobile".

Cet entrepreneur du numérique y aborde la nécessité pour l'entreprise de repenser les métiers et le business autour de la révolution mobile : les smartphones, et les objets connectés dotés d'une interface utilisateur arrivants sur le marché.

Il écrit (je cite) : "Retenez bien ces deux mots car en eux réside l’avenir de notre profession : Expérience Utilisateur ", évoquant également l’importance de penser l’interface utilisateur en conséquence. En tant que professionnel du conseil et de l'accompagnement pour la performance de l'eXpérience Utilisateur et de la conception d'interfaces utilisateur, avec mon background de psychologue et d’ergonome, je ne peux que me réjouir si les entrepreneurs et les décideurs placent l’eXpérience Utilisateur comme une dimension centrale et incontournable dans la conception de produit, de services, de relation avec la marque… de la stratégie et du business !

Cela nous sort avec bonheur et soulagement des fatigants débats que l’on voit fleurir ça et là, plus ou moins corporatistes, intéressants et pertinents entre certains professionnels ou/et charlatans plus ou moins mythomanes qui s’engouffrent dans la brêche de cet intérêt naissant pour l’eXpérience Utilisateur (ou User eXperience, ou UX). C'est la nouvelle marotte des agences de com "digitales", vouée à l'échec, à cause de leur organisation en silots/BU et l'anachronisme obsolète du marketing et de la création égo-centrée sur la communication de marque. C'est l'exploitation de la data et les relations incestueuses avec les directions marketing qui les sauvent pour l'instant. Nous avons déjà vécu et nous vivons encore la récupération par les agences des termes à la mode comme le design et de l’ergonomie, (j'en ai déjà parlé ici) C’est normal, quand un concept comme l’UX devient "mainstrean" et "bankable", il devient un terme de marketing et on l’utilise et le décline à toutes les sauces et parfois n’importe comment. Ce n’est pas grave, c’est la rançon du succès. Essayons plutôt de satisfaire les utilisateurs, les clients et les décideurs qui sont demandeurs. En faisant notre travail le mieux possible, avec les bonnes méthodes et les bons outils, en se remettant en question, en collaborant. Et ce n'est pas dans les grosses agences que cela se passe.

Quant au scepticisme de ceux qui ne voient l'UX que comme une nouvelle tendance, je voudrais rappeler que les concepts et les métiers de l'étude et conception d’eXpérience Utilisateur existent depuis plus de 25 ans. Prenant sa source dans le design centré sur l’utilisateur avec l'ouvrage "The Design of Everyday Things" de Donald Norman en 1988, qui fut le premier "User Experience Architect" quand il rejoint Apple en 1993. Quand on voit le chemin parcouru par Apple jusqu’à aujourd’hui, ça ne peut pas laisser indifférent.

Mais pourquoi donc cette montée en puissance de l’intérêt pour l’expérience Utilisateur ? Et bien cela ressort très bien de l’article de Pierre-Olivier : à une époque où les appareils mobiles et leurs usages sont devenus omniprésents, c'est souvent l’expérience utilisateur d’un service et/ou un produit via une application sur smartphone qui fait la différence. En effet, ce n’est plus la peine de parler de contraintes techniques ou de puissance d’un appareil. Ce qui est important, ce n’est pas ce que les appareils savent faire : c’est ce que les gens savent et peuvent faire avec ces appareils. Et l’interface utilisateur de cet appareil joue un rôle très important dans cette expérience utilisateur.

Je partage le point de vue de Pierre-Olivier sur le lien fort entre l’importance de la stratégie mobile (au sens large : smartphones et objets connectés d’aujourd’hui et de demain) et l’expérience utilisateur. En effet, les usages mobiles des smartphones ont fait voler en éclat de nombreuses frontières spatiales et temporelles. Notamment en permettant une connexion permanente et partout aux contenus personnels et professionnels. En brisant aussi la frontière entre online et le offline. Mettre une barrière entre le réel et le numérique n’a désormais plus de sens quand on pense au business. Car ces frontières n’existent plus. Dans l’immédiateté, le consommateur utilise en magasin son propre smartphone pour lire les prix, les informations techniques et les avis en ligne sur un produit. Dans l’anticipation, un autre consommateur préparera en ligne, en situation de mobilité (ou non) son achat, afin de récupérer rapidement le produit, optimiser son déplacement et son temps de parcours et d’attente pour le retrait en magasin physique (Web to Store).

Le smartphone devient tellement omniprésent dans une multiplicité d’usages grands publics et professionnels qu’on ne peut plus penser la relation avec une cible, un citoyen, un individu sans la présence de ce support. On ne peut plus seulement parler de consommateur, mais de consommateur-utilisateur "Consuser". Les usages mobiles permettent d’imaginer de nouvelles façons d’interagir, de nouveaux services et produits. Mais quand on sait que les points de contact avec le produit, les marques, les processus et les personnes se multiplient, la stratégie mobile ne peut être pensée isolément de la stratégie globale, afin de maintenir un ensemble cohérent, notamment pour l’utilisateur consommateur final. Et pour penser global, dans un monde où information, technologie et usages évoluent très vite, il est devenu nécessaire, quand on réfléchit au business, de prendre du recul et surtout de la hauteur afin de faire les bons choix. C’est un des aspects que j’ai creusé il y a un an dans mon long billet "Tendance UX : trop d’interfaces tue l’interface (utilisateur) ? ". Evidemment, ces enjeux varient beaucoup selon le secteur, la taille et les cibles de l’entreprise qui réfléchit à sa stratégie.

Au final, ce que nous apprend l’importance de l’eXpérience utilisateur avec les produits mobiles omniprésents et à venir, c’est qu’ils contribuent fortement ou peuvent même se confondre avec l’expérience globale de la relation avec la marque, le produit, entre les usagers. Et cette expérience devra être enchantée, dans ce monde ultratechnique et saturé d’informations et d’images, afin de capter l’attention, créer la différence, être adopté, développer la préférence, fidéliser et engager. Cet enchantement passe bien souvent aujourd’hui et inévitablement demain par la magie de ces échanges entres les hommes et ces machines connectées qui nous suivent désormais partout au contact de notre corps : dans la poche, la main, sur le poignet, dans les oreilles et devant les yeux.

» Ergonomie et Facteurs Humains, Innovation et Usages numériques, Mes billets » L’eXperience Utilisateur mobile au cœur...
Le 26 octobre 2013
Par
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

« »